Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 


 
Document Actions

Qui était Don Bosco ?

            04-s_giovanni_bosco-1.jpg            DON BOSCO  (1815-1888)

                                                    

                     « J’ai fait le brouillon,  vous mettrez les couleurs. » 

 

        Giovanni Melchior Bosco est né aux Becchi, petit hameau de fermes de Castelnuovo d’Asti près de Turin ( Piémont) le 16 août 1815. 


        Orphelin de père à deux ans, Jean est élevé avec ses frères très chrétiennement par sa mère, modeste paysanne. Sa famille étant trop pauvre pour lui offrir des études, c’est grâce à l’aide de bienfaiteurs et avec l’argent qu’il gagne en travaillant qu’il va pouvoir s’instruire.
        Ordonné prêtre à Turin en 1841, il se voue à l’apostolat auprès des garçons des rues, pour lesquels il crée à ses frais, l’Oratoire Saint François de Sales, à la fois, patronage, maison d’accueil, école et centre d’apprentissage.
        Entouré de prêtres éducateurs, il fonde en 1854 la Société de Saint François de Sales (dont les membres sont couramment appelés Salésiens).
Puis en 1872, avec Marie-Dominique Mazzarello, Don Bosco fonde l’Institut des Filles de Marie-Auxiliatrice (salésiennes). 

        L’œuvre de Don Bosco dépasse alors les frontières de l’Italie, ce qui l’amène à voyager. Dans toutes les villes, des foules nombreuses se rassemblent pour le voir ou recevoir sa bénédiction : Nice, Toulon, Marseille, Lyon (pèlerinage à Notre dame de Fourvière), Paris (où il rencontre Victor Hugo), Lille, Amiens, Versailles, Dijon et Grenoble (12/15 mai 1886). L’Autriche et l’Espagne l’accueillent également.
       Fatigué, Don Bosco doit s’aliter mais continue à recevoir les visiteurs jusqu’au matin de sa mort le 31 janvier 1888 à presque 73 ans. 
       Don Bosco sera béatifié en 1929 puis canonisé par Pie XI le 1er avril 1934 (jour de Pâques). 

      Jean Bosco est fêté le 31 janvier. Il est le patron des éditeurs, de la jeunesse, des apprentis et des jeunes travailleurs